Translate

dimanche 11 décembre 2016

FLEUVES....




Dans le monde cosmopolite d'aujourd'hui, il faut être né de deux fleuves.Procéder de l'un et de l'autre par ses gènes, par son enfance, par son éducation, par ses voyages.N'être que de la Garonne ou du Nil limite l'horizon et l'ambition.
Une eau seule ne crée pas dans l'âme ces remous, ces tumultes, ces inondations que provoque la confluence imaginaire de deux fleuves.

Par exemple,la Seine et le Danube, la Loire et la Vistule, le Rhin et le Niger, le Rhône et le Mississippi. On est né auprès de celui-ci de parents issus de celui-là ; ou le père a grandi sur une rive de l'un et la mère sur une rive d'un autre ; ou la vie professionnelle de ses géniteurs a entraîné l'enfant à fréquenter tantôt un fleuve, tantôt un autre.
Comme il n'y a pas deux fleuves semblables, il puise dans chacun ce qui imprègne sa sensibilité et qui, demain, donnera du débit au flux de sa création...

[...] Etre de deux fleuves, c'est être aussi de deux mers. Comment l'esprit n'en serait-il pas élargi, plus ouvert, enrichi, chambardé, et comme sans cesse battu par les flots ?....


Bernard Pivot : (Les mots de ma vie)

Photo NASA : Fleuve Lena, Russie


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire