Translate

vendredi 20 janvier 2017

AFRO, une célébration des Esthétiques noires...









"L'Afrique n'est plus seulement en Afrique. En se dispersant à travers le monde, les Africains créent d'autres Afriques, tentant d'autres aventures peut-être salutaires pour la valorisation des cultures du continent noir."
-Alain Mabanckou-

Le sujet du livre : 
Le terme "afro", diminutif de "afro-américain", désigne la culture noire américaine telle qu'elle a surgi, puissante et révoltée, à l'aube des années 1960, écho au mouvement des droits civiques - qui luttait contre les discriminations -  et au Black Power...
L'ouvrage est une ode visuelle, glamour et chatoyante, à toutes les facettes des esthétiques afro, des années soixante à nos jours...

Préface d'Oxmo Puccino :  

Parce que nous sommes à la pointe de l'incertitude, dans une époque inondée par un flot d'informations qui peine à étancher notre soif de connaissances, ce livre d'importance allume deux mots antidotes qui peuvent encore soigner l'ignorance :
 "comment ?" et "pourquoi ?"
Quelle est cette essence mystérieuse qui permit à un peuple - longtemps mis au ban de la race humaine - de conserver son énergie pendant un combat de 400 ans, au point de l'ériger au rang de langage universel ? Au travers de cette transmission de mémoire, par l'expression orale et corporelle en perpétuel rapport avec le rituel, la diaspora africaine suggéra patiemment la magie de l'art africain, devenue une évidence.
A ces heures virtuelles où l'on se refuse à rêver, être en harmonie avec son africanité laisse une ouverture à l'inexplicable. Qu'est-ce que l'art si ce n'est "une chose inexplicablement belle"? 
à la manière dont les  continents s'imbriquent,
nos liens affectifs sont effectifs.
Quoi que vous pensiez de l'endroit qui vous situe sur une carte, si votre destin passe par le vieux continent, pendant que s'écrouleront quelques mythes occidentaux, une expérience forte et inénarrable vous jettera devant les barreaux de notre inconscient collectif.
Je suis dorénavant convaincu de la source profonde de ce bouleversement personnel : ce sont les retrouvailles avec les plus anciens de vos ancêtres...


I) RESPECT ! MILITER PAR LE STYLE...



Angela Davis

Rosa Parks

Martin Luther King

Malcolm X




 Dans une Amérique blanche corsetée par le racisme, la révolution du Black Power est une bombe politique autant qu'esthétique. Tous les codes en vigueur relatifs à l'apparence sont remis en cause. Désormais, les Afro-Américains vont maîtriser leur image et en faire un outil d'émancipation...


"SAY IT LOUD
I'M BLACK
AND I'M PROUD"  -James Brown, 1968-

"Le succès ou l'échec d'une révolution peut toujours se mesurer au degré selon lequel le statut de la femme s'en est trouvé rapidement modifié dans une direction progressive."
-Angela Davis-

L'Afro a surgi dans une Amérique secouée par les revendications des Noirs, et mis la question capillaire sur l'agenda politique, alors que le lissage - le"conk", mot dérivé du congolène, gel lissant à base de lessive - était la norme depuis plusieurs décennies (même les hommes se défrisaient dès les années 1920). C'est donc tout "naturellement" que cette parure volumineuse devient le symbole le plus puissant du Black Power.



Deloris Warren, Miss Fisk University & ses dauphines en 1969

Pam Grier, actrice


Esperanza Spalding, contrebassiste, bassiste & chanteuse de jazz, 2011

Inna Modja, chanteuse
Les Jackson Five, 1971

2) LA MODE, UN CULTE POUR DANDYS...



Photo de Malick Sidibé"L'oeil de Bamako", 1970

Seydou keïta, photographe malien




"Dans le répertoire noir, le style-souvent considéré comme une simple cosse, un emballage-est devenu lui-même le sujet principal de l'action..."
-Stuart Hall-



A l'époque actuelle, les Africains-Américains se sapent à diverses occasions, qu'il s'agisse du grand style déployé lors des White Parties données dans les Hamptons par le roi du hip-hop Sean "Diddy" Combs, ou de l'élégance aperçue devant toute église un dimanche de Pâques. [...] Le culte a toujours eu une dimension de parade pour les Noirs-Américains. Beaucoup d'esclaves étaient autorisés à porter leurs plus beaux habits le dimanche. [...] Ils recevaient,au gré des saisons, quelques vêtements de base. En outre, les maîtres gratifiaient une poignée d'entre-eux - surtout les esclaves "domestiques" - de pièces de seconde main...Certains embellissaient leur mise par des boutons argentés ou dorés, des rubans brillants...Le fait d'être bien habillé leur permettait de passer plus facilement pour des hommes libres. L'habit ne donnait rien de moins que le sens de la liberté. Pour stopper ce phénomène de revendication identitaire qui commence à se jouer subrepticement à travers les étoffes, les maîtres blancs votent (en 1735 et 1740 en Caroline du Sud et en 1786 à La Nouvelle-Orléans) des lois interdisant "l'extravagance noire".



André 3000,du groupe Outkast

Willy Covarie"sapeur" de Brazzaville


3) SACRéS FéTICHES : MASQUES,PERLES & SCARIFICATIONS...



Masque gelede en bois de l'ethnie yoruba (Nigeria)
"Les masques, ils n'étaient pas des sculptures comme les autres. Pas du tout. Ils étaient des choses magiques."
-Pablo Picasso-


L'imaginaire mystique hérité du continent noir dissipe son aura à l'échelle mondiale, suscitant une sorte de synchrétisme afro foisonnant. Les premières traces de cette inspiration se repèrent dans le primitivisme des fauves et des cubistes, hypnotisés par l'art africain et son inventivité plastique. Aujourd'hui, la mode et l'art contemporain prennent le relais, témoignant d'une fascination intacte pour le souffle spirituel de l'Afrique...


Artiste peintre : Jean-Michel Basquiat




"Les plus profondes affinités existent entre la pensée dite "primitive" et la pensée surréaliste : elles visent l'une et l'autre à supprimer l'hégémonie du conscient, du quotidien, pour se porter à la conquête de l'émotion révélatrice."
-André Breton-






Colliers de perles et plastrons chargés de cauris, coquillages blancs populaires dans toute l'Afrique sub-saharienne...



4) NOIRE EST LA BEAUTE...

"Then will I swear
Beauty herself
Is black."   -Shakespeare-

"Les cheveux sont pour nous une parure suprême."
-Lauren Ekué-



Afro Art Hairstyle : Ojeikere, Nigeria



La chevelure est un mythe en Afrique noire, un élément du patrimoine culturel, un outil de communication sociale (indice d'une identité, d'une profession) et un apparat. "Une tête bien coiffée a toujours été un critère de beauté, une source d'admiration; un gage de fierté. Une belle coiffure anoblit un homme ou une femme"...
-Niangi Batulukisi-


Si les dandys portent haut l'élégance à travers leur goût de la sape, les coquettes afro-descendantes ne sont pas en reste, témoignant d'une ingéniosité stupéfiante dans leurs coiffures et leurs parures, héritages des sculptures capillaires et des secrets de beauté ancestraux de l'Afrique...



Femme peule bororo du Niger





Peigne "Luba" RDCongo





5) LE WAX : L'ETOFFE DU VOYAGE...


                                                             

Tissu hollandais importé en Afrique au XIXè siècle, le wax, cette cotonnade chamarrée, support d'une inventivité graphique infinie, est l'un des textiles les plus identitaires de la garde-robe africaine. Le choix des motifs, des couleurs et des symboles qui s'y nichent, raconte tout de l'état d'esprit de celui ou celle qui le porte. Ailleurs qu'en Afrique, il évoque sans ambiguïté l'Afrique. Réinterprété par les couturiers occidentaux - qui s'achètent avec lui un parfum d'ailleurs haut en couleur -, le wax est aussi la matière fétiche d'artistes afro-parisiens ou africains-américains qui interrogent leurs origines...


"le Wax est le Denim de l'Afrique de l'Ouest.
Il met tout le monde sur un pied d'égalité, du président au chauffeur.
Et c'est un tissu doté d'une âme : il confère une forme de joie de vivre aux gens, malgré les difficultés. C'est cette énergie que j'insuffle de Londres à New York..."
-Duro Olowu-



fashion-wax : Duro Olowu

Accessoires Wax Nigeria


Michelle Obama portant une robe colorée de Duro Olowu, Styliste-Designer





Art Exhibitions : Duro Olowu


6) WILD SPIRIT : FANTASMES & REPRESENTATIONS DES NOIRS...





"Puisque je personnifie la sauvage sur scène, j'essaie d'être civilisée dans la vie."
-Joséphine Baker-

"Joséphine Baker a introduit la danse noire en Europe, avec son rythme et sa sensualité parfois qualifiée de "sauvage", bousculant la culture européenne blanche [...], ouvrant ainsi le champ à la Black Dance."      -Christine Marcel-



                                                                     
"Avant tout, déblayer le terrain. Jeter par-dessus bord tout ce que contient de médusé et de rance ce mot d'exotisme. Le dépouiller de tous ses oripeaux : le palmier et le chameau ; casque de colonial ; peaux noires et soleil jaune; [...] et en arriver très vite à définir, à poser la sensation d'exotisme qui n'est rien d'autre que la notion de différent ;
La perception du divers ; la connaissance que quelque chose n'est pas soi-même, et le pouvoir d'exotisme, qui n'est que le pouvoir de percevoir l'autre..."
-Victor Segalen-



Collection "Bambara", été 1967 par YSL


Tout au long du XXè siècle, le groove de l'Afrique n'a cessé de nourrir l'imaginaire des créateurs occidentaux, donnant lieu à d'ensorcelants jeux esthétiques entre la parure ethnique et la mode...


7) HARLEM...BARBES...IDENTITES CROISEES DE DEUX QUARTIERS AFRO...




♪♪"Drop me off in Harlem, any place in Harlem, there's someone waiting there who makes it seem like heaven up in Harlem."♫♫
-Duke Ellington, 1933-




Qu'est-ce qui rapproche ces deux capitales du monde noir ? L'une comme l'autre furent terre de refuge - plutôt que d'élection - de populations noires, Africains-Américains fuyant les états sudistes racistes dans le cas de Harlem, diaspora africaine pour Barbès. De ce fait, ce sont là deux territoires afro, où palpitent les souvenirs plus ou moins diffus de l'Afrique, sa musique, ses saveurs, ses cultures. ...


Affiche de Barbès l'Africaine, 2010


"Harlem n'a pas besoin d'être romancé, c'est un quartier romanesque en lui-même..."
-Nancy Cunard-

"Les Noirs ici à Harlem sont plus intellectuellement indépendants que les Noirs partout ailleurs en Amérique. Ils savent penser par eux-mêmes et ils pensent Black. Les Noirs à New York pensent Black.." -Malcolm X-



Lois Mailou Jones, peintre de la "Harlem Renaissance"


Duke Ellington & Ivie Anderson au Club de Harlem












8) AFRO BEATS...

Du jazz au rap, du gospel au blues, de l'afro-punk à la soul ou au reggae...la musique est un terrain de style qui dessine tous les contours de la vie afro. Depuis les marabouts du beat enflammant les cérémonies traditionnelles d'Afrique noire, jusqu'aux musiciens africains-américains, le groove afro distille sa transe sensuelle aux oreilles du monde entier. ..


Jimi Hendrix 

Bob Marley
 "Tu prends  une bouteille sur laquelle tu frappes, dans un groupe personne ne vas te demander dans quelle gamme tu joues. ça n'a aucune importance quand la pulsation est là. Si tu es dans le temps, c'est tout bon ! Ainsi chacun doit respecter le temps, s'intégrer dans le cercle musical qui tourne, sans toucher les autres. Tu dois trouver ta place dans les vides laissés par les autres musiciens.."-Ray Lema-

Miles Davis

Aretha Franklin & James Brown

Danseurs de l'émission Soul Train, 1976

Myriam Makeba, chanteuse sud-africaine

Choristes de Femi Kuti, fils de Fela Anikulapo Kuti, en concert


"Je voulais à tout prix que les Noirs prennent conscience de leur musique, que les non-Africains sachent que nous existions. Si on ne connaît pas cette musique africaine, on ne connaîtra peut-être jamais l'homme noir, parce que sa vie, sa philosophie, son passé, son présent, son avenir sont compris dans ce qu'il exprime..."
-Francis Bebey, musicien-


Oxmo Puccino, rappeur français

Mc Solaar, rappeur français


"Le Jazz apporte à l'Occident quelque chose qui lui manquait. L'Occident se méfiait du corps et de la sexualité. La musique européenne était fort pensive. Le Jazz réintroduit le rythme extatique. Ses racines sont en Afrique, dans la civilisation de l'Eros. Il restitue la Transe"
-Lucien Malson-

"C'est dans sa capacité à produire de la narration et à occuper certains rôles sociaux que le rap est devenu l'héritier d'une tradition orale constituée au moment de l'esclavage comme médium principal de la conscience et de la mémoire des Noirs aux Etats-Unis..."
-Franck Freitas-

"Si le rap excelle, le jazz en est l'étincelle qui flambe les modes qui sont toujours à temps partiel ♪♪♪"
-M.C Solaar-

"Quelque soit l'art que l'on pratique, le seul moyen de le faire perdurer, c'est de le mélanger. De faire se rencontrer toutes les époques, tous les parfums, toutes les saveurs.."
-Oxmo Puccino-








































Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire